dimanche 7 avril 2013

Philippe Djian : DOGGY BAG, SAISON 1-2-3, Julliard, 2010


Lorsque Philippe Djian décide de créer une série littéraire, sur le modèle des séries télévisées, il ne laisse aucun détail au hasard. Tout y est. La forme d'abord : trois saisons, des "épisodes" calibrés, durant lesquels le montage des séquences se fait comme au cinéma, on passe d'une situation à une autre par un simple passage à la ligne. 

Le lieu : une ville moderne avec son fleuve, ses parcs, ses buildings, ses quartiers résidentiels, et surtout ses rues portant toutes un nom de cinéaste ou de musicien.

L'espace-temps : celui que met une ville complètement inondée à retrouver sa fonctionnalité.

Vingt et un personnages, dont il a la bonne idée de dresser la liste en tout début d'édition, ce qui n'est pas inutile, et qui remplace le "previously" habituel.  

Enfin, une saga familiale dans laquelle le sexe et l'argent jouent un rôle prédominant.

Le fonds et l'histoire ont finalement peut d'importance, et d'ailleurs ce n'est pas ce qui m'a le plus intéressée, même si je dois avouer que, contrairement à la plupart des séries tv, c'est bien la dernière saison qui est la meilleure. Djian retombe sur ses pattes et après nous avoir étourdis par les péripéties de chacun des protagonistes, il réussit à rassembler le tout  dans un dernier chapitre-scène digne des grands scénaristes.

"Au premier abord, peut-être, cette famille fichait-elle les jetons. Sans doute pouvait-on s'y méprendre. C'est souvent comme ça."

Un pari réussi, mais, un peu comme on ne garde pas en mémoire les feuilletons,  c'est de cela dont je me souviendrai.

6 commentaires:

  1. Je n'ai lu que 37,2 de Djian et une nouvelle dont j'ai oublié le titre (hum), mais ce Doggy-Bag m'a déjà fait de l'oeil.
    A noter dans un coin!

    (euh dis-moi z'avez une idée du printemps en Grèce ou bien c'set comme ici??)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, ici il fait déjà 20-23° à la mi-journée !

      Supprimer
  2. Je l'aime comme écrivain, à voir comme réalisateur, mais tu m'encourages !
    Très belle soirée, amitiés.

    RépondreSupprimer
  3. Et bien, je dois reconnaître, que c'est du grand art... même si j'ai tout oublié des personnages et de l'histoire. Mais n'est-ce pas le propre de ces séries? Juste un sentiment de lecture agréable et de l'admiration pour l'exercice de style si bien réussi!

    RépondreSupprimer
  4. je suis un inconditionnel. j'ai tout lu de lui. Même les 5 saisons de doggy bag. Son meilleur pour moi reste "sotos" mais lisez le lisez le

    RépondreSupprimer